banner

Nos gares sont appelées à devenir de véritables lieux de services tant pour les voyageurs que pour les riverains. Récupérer une commande de légumes, trouver de la lecture (boîtes à livres), louer un parapluie ou un chargeur de téléphone, déposer un colis ou prélever de l’argent au distributeur… est ou sera bientôt possible dans plusieurs gares du pays. 

Cédric Blanckaert, Head of Commercial Activities & Real Estate Valorization, nous parle des nouveaux services en gares.

Notre plan de soutien aux concessions pendant la crise a porté ses fruits. Sur plus de 400 concessions, nous n’avons dû déplorer que deux faillites et seule une dizaine a décidé d’arrêter le contrat. Ce sont généralement des exploitants qui étaient déjà en difficulté avant la crise.

Nous nous félicitons de ce qui a été mis en place pour maintenir l’offre. Même si la vie était un peu différente dans les gares (on ne pouvait plus y manger, par exemple), toutes les équipes de la SNCB se sont mobilisées pour que les trains continuent à rouler et que les gares restent ouvertes. Alors que par exemple les centres commerciaux ont dû fermer.

Les priorités sont celles que nos voyageurs ont retenues. Elles sont au nombre de 4 : les toilettes, les distributeurs de cash, les chargeurs et les parkings de vélos sécurisés. D’autres initiatives ont été lancées ou sont au programme. Elles vont toutes dans le sens d’une plus grande convivialité des gares et d’un élargissement des services aux voyageurs et aux riverains. Nous installons de plus en plus de services qui facilitent la vie des gens.

Pour les sanitaires, nous recherchons un nouveau concessionnaire, afin de respecter les nouvelles normes, avec des toilettes gender neutral, accessible aux personnes à mobilité réduite et offrant plus de confort et de qualité. Des fontaines à eau sont également prévues dans ce cadre.

De nouveaux automates à billets seront installés dans les gares, avec la société Batopin qui a remporté la concession. Les gares seront la colonne vertébrale du nouveau réseau et le nombre gares avec un distributeurs de billets va doubler.

Un test pour la location de chargeurs de smartphones va bientôt commencer. On pourra louer une batterie portable et la ramener le soir, y compris dans une autre gare que celle où on l’a prise. Enfin pour les parkings vélos, nous équipons de plus en plus de parkings avec contrôle d’accès.

La durabilité (recyclage des déchets, matériaux utilisés…) et l’accessibilité font partie des critères de toutes les nouvelles concessions et les autres s’adaptent progressivement. Dans les automates à boissons et snacks, nous négocions avec les concessionnaires pour que 20 à 25% de l’assortiment proposent des produits sains. Ce n’est pas forcément simple de proposer des produits frais, mais nous faisons déjà des tests, avec des automates distribuant des salades ou de la soupe fraîche.

Le concept « la vie en gare » a été lancé dans cet esprit. L’objectif c’est d’ancrer nos gares dans leur environnement et qu’elle soit ouverte tant pour les navetteurs que pour le quartier. Il y a dans nos gares de l’espace disponible pour en faire des lieux de vie, en lien avec les communes, dans le cadre d’un ancrage rural et local.

Le service en gare, ce n’est pas seulement commerce traditionnel, la sandwicherie et la librairie. A Liège, par exemple, une crèche est présente. C’est un concept à développer. Nous avons aussi lancer des distributions de paniers bios issus des circuits-courts dans quatre gare.

La vie dans les gares, ce sont aussi toutes les initiatives qui leur donnent vie. Nous espérons ainsi voir revenir rapidement nos pianos qui créent un vrai lien et un sentiment d’appartenance à une communauté.